Château d'Ardelay

Aujourd'hui salle d'exposition paisible, le château d'Ardelay est l'un des plus remarquables exemples d'architecture médiévale et militaire de la région. Et pourtant, pendant 11 siècles, l'édifice connut un destin tumultueux entre duels, démolition et restauration. Visite guidée possible aux horaires d'ouverture des expos.

 
Château d'Ardelay

Fondations

Fier ouvrage défensif médiéval, le château d'Ardelay fut construit au XVe siècle. Cependant, la motte féodale artificielle, sur laquelle il repose,
est bien plus ancienne. Il faut dire, qu'au commencement, les châteaux étaient en bois. Ce n'est qu'au XIe siècle que la pierre se substitue au
bois, époque à laquelle les fondations du château ont été réalisées. Le donjon carré servait de résidence aux seigneurs. Au-dessus du sous sol et d'une chambre de tir percée d'une canonnière et d'une meurtrière, la grande salle est équipée d'une cheminée en granit. Un escalier en vis dessert les trois étages. Au dernier niveau, on peut admirer l'imposante charpente qui supporte le toit pyramidal, mais aussi les mâchicoulis et bretèches visibles sur les 4 faces extérieures qui servaient à la défense du donjon par un tir plongeant. Le logis, qui accueille les expositions, fut construit un peu plus tard au XVIe siècle, et compte de superbes cheminées en granit. Dans un souci d'économie, on aménagea dans leur âtre des foyers plus modestes. Enfin, les communs ont été bâtis au XVIIIe.

 

En garde !

On doit probablement la construction du donjon à la famille de Brosses, qui succéda aux Pareds et aux Chantemerle à la tête de la châtellenie d'Ardelay. Les propriétaires du château ont été nombreux, et prompts à provoquer leurs ennemis en duel. L'histoire retiendra notamment François de Vivonne. En 1547, pourtant fine lame, il est mortellement blessé par le fameux coup de Jarnac devant la cour du Roi à St-Germain-en-Laye

Mais le plus illustre maître des lieux fut très certainement François de la Rochefoucauld, auteur des célèbres Maximes, qui reçut la châtellenie en dot en épousant Andrée de Vivonne en 1627.

 

1984, le château sauvé

En 1687, le château est acquis par Henri des Herbiers, seigneur de l'Etenduère, puis cédé par ses héritiers aux d'Escoubleau de Sourdis. Il échappera aux destructions de la Révolution et des Guerres de Vendée. En 1927, le donjon est classé aux monuments historiques. Au cours de la seconde guerre mondiale, les troupes allemandes occupent l'édifice et n'hésitent pas à démonter certaines poutres pour s'en servir comme bois de chauffage. Laissé à l'abandon, le château tombe en ruine. Mais en 1984, la Ville rachète le monument pour lui redonner sa fierté et sa prestance d'antan.

La restauration s'achève en 1988, le château devient alors une salle d'exposition.

Il est possible de bénéficier d'une visite guidée les jours d'ouverture des expositions (renseignement à l'accueil et au 02 51 66 95 41).

 

A voir aussi

Dans la rubrique :

Votre recherche

Rechercher dans le site

Recherche avancée +

Coordonnées mairie

Mairie
Adresse : 6 rue du Tourniquet CS 40 209 85502 Les Herbiers Cedex
Tél. : 02 51 91 07 67
Fax : 02 51 64 99 45
E-mail : mairie@lesherbiers.fr
Site internet : www.lesherbiers.fr

bannière villes fleuries

bannière ville sportive

alouette ag

Alexandra Caillaud, présidente d'Alouettes Gym.

17/10/18 - 345 licenciés à Alouettes Gym

L'engouement ne se dément pas au club de gymnastique des Herbiers qui surfe sur une dynamique...

cendrillon ok

17/10/18 - Théâtre Pierre Barouh : Cendrillon a lancé la saison

Pour la première date de la saison culturelle 2018-2019 à Pierre Barouh, c'est le Malandain...

Madsen

Martin Toft Madsen s'impose pour 7 secondes et laisse exploser sa joie.

17/10/18 - Sport : retour sur le week-end

Martin Toft Madsen a gagné le Chrono des Nations pour 7 petites secondes. En Coupe de France, le...